You are here

liste appels offres

Evaluation Finale - Programme de Promotion d’une Agriculture Durable et d’une Citoyenneté Engagée au XXIème siècle - Volet Benin
DBA (Défi Belgique - Afrique) | Type de marché : Services Pays d'exécution :Belgium Mots clés du marché : Évaluation

Les organisations
 
Le programme PADCE XXI de DBA est mis en œuvre au Bénin en partenariat avec l’ONG ALDIPE (Association de Lutte pour un Développement Intégré et pour la Protection de l’Environnement). Le partenariat entre DBA et ALDIPE remonte à 2006 dans le cadre d’activités d’éducation au développement menées par l’ONG belge au Bénin. La prise de connaissance progressive notamment via le partage de visions ainsi que la confiance entre les deux ONG ont amené en 2007 à inaugurer un volet Sud centré sur la sécurité alimentaire dans le département du Zou.
ALDIPE est plus particulièrement chargé de l’exécution opérationnelle du programme. L’ONG est reconnue comme un acteur essentiel dans le domaine du développement dans les départements du Zou et des collines et entretient par ailleurs d’excellentes relations avec les autorités communales et départementales qui lui permettent de travailler en synergie avec les institutions étatiques. DBA apporte son conseil, son appui et son expertise à ALDIPE et s’assure de la qualité, de l’efficacité et de l’efficience de la mise en œuvre du programme. Les activités sont mises en œuvre suivant le planning opérationnel définit d’un commun accord lors de l’identification du programme.
 
Défi Belgique Afrique est une asbl belge, créée en 1987, reconnue comme ONG et comme OJ, dont la mission consiste à :
  1. Participer à l’émergence et la consolidation d’une conscience citoyenne auprès de la jeunesse et renforcer son engagement individuel et collectif en faveur d’un monde équitable, solidaire et durable, mais aussi contribuer, avec d’autres, à en faire une priorité des acteurs de l’éducation.
  2. Soutenir les familles dont la principale activité est l’agriculture (exploitations familiales) afin qu’elles améliorent leurs conditions de vie, et assurer la transition vers des systèmes alimentaires durables ayant un impact économique, social et environnemental positif sur le long terme pour les agriculteur.trice.s et pour les consommateur.trice.s.
ALDIPE est une ONG de développement créée en juin 1989 à l’occasion de la paralysie totale de toutes les institutions d’Etat suite à la crise socio-économique et politiques des années 1988-1990. L’ONG a comme mission de participer au développement socio-économique et culturel de l’Afrique en général et du Bénin en particulier par l’appui aux zones déshéritées et aux populations défavorisées à travers des approches de responsabilisation et d’autopromotion. Elle est basée à Bohicon et travaille dans les départements du Zou-collines, du Mono-Couffo, de l’Ouémé-Plateau et de l’Atlantique.
Pour maintenir une activité agricole rentable en milieu rural en combinant les objectifs indissociables de sécurité et de souveraineté alimentaire, l'ONG ALDIPE œuvre pour une agriculture plus juste sur le plan social avec des modes de production durables et respectueux des ressources naturelles, notamment la terre et l’eau. Elle met en œuvre des projets de développement agricoles axés sur l’appui aux agricultures familiales.
 
L’intervention vise à promouvoir le développement de filières agricoles locales (riz, maïs et soja) par des communautés ancrées durablement dans leur territoire, dans les communes d’Abomey, Zakpota, Zagnanado et Zogbodomey (Zou).
 
Au niveau de la production, le programme déploiera une stratégie d’aménagement des bas-fonds et de formation à des itinéraires techniques adaptés aux effets du changement climatique et respectueux de l’environnement. Le programme équipera et accompagnera des groupements de femmes notamment pour la transformation du riz (battage, décorticage, étuvage, …) mais aussi du maïs et soja.
 
Pour compléter l’approche filière, des associations villageoises de commercialisation (AVC) et les coopératives organiseront le crédit/stockage et la vente groupée des productions agricoles. Des entrepreneur.euse.s agricole.s seront aussi appuyé.e.s pour développer des circuits courts et la vente directe. Quant à la jeunesse, elle sera sensibilisée à l’impact de sa consommation sur l’économie locale. Pour assurer l’ancrage durable des communautés dans leur territoire, des relais communautaires (nutrition, hygiène, alphabétisation, agriculture, pistes rurales et eau potable) et des AVEC (Associations Villageoises d’Epargne et de Crédit) seront mobilisés et les services décentralisés ou déconcentrés seront associés à la co-gestion des infrastructures. Les capacités du partenaire seront renforcées en agroécologie et en capitalisation notamment
Envoyer votre offre avant le 31/10/2021
Modalité de dépot des offres : Via email
ToR for an Independent Final Evaluation of IDP's program in Uganda (2017-2021)
Iles de Paix ASBL | Type de marché : Services Pays d'exécution :Belgium Mots clés du marché : Évaluation

Objectives of the evaluation

The evaluation concerns the SIA programme of Iles de Paix (IDP) in Uganda, for the period 2017-2021: PROMOTION OF SUSTAINABLE FAMILY FARMING AND SOCIAL ECONOMY FOR A FAIRER WORLD.

In this country, the program is implemented by partners in the following areas:

  • Kabarole District: Local partner RCA (previously SATNET) Local partner JESE
  • Kamwenge District: Local partner JESE

This evaluation must meet the requirements of learning and accountability to the financial donor that is the DGD. It must make it possible to assess the achievement of results and to draw lessons for future interventions.

In particular, the objective of this evaluation is to assess all the program’s results, whether or not they have been achieved, on the basis of DAC criteria. The new DAC criteria do not need to be taken into account for this current program and the evaluation will therefore focus on the criteria of relevance, impact, effectiveness, efficiency, sustainability as well as the cross-cutting dimensions of gender and environment.

It will therefore:

  • For each of the results of the program (including SOs):
  • Assess the achievement of the result in terms of quality and quantity
  • Qualify the relevance, impact, effectiveness, efficiency and sustainability of the changes observed in the field
  • For the program as a whole:
  • Appreciate the consideration of the transversal gender dimension
  • Appreciate the consideration of the cross-cutting environmental dimension
  • For specific aspects of the program:
  • Respond to the specific evaluation questions proposed
Envoyer votre offre avant le 18/10/2021
Modalité de dépot des offres : Via email
Appel d'offre : Evaluation externe de fin de programme quinquennal au Mali
Croix-Rouge de Belgique | Type de marché : Services Pays d'exécution :Belgium Mots clés du marché : Évaluation

  1. Présentation du commanditaire et de l’action à évaluer

Le présent appel d’offre concerne une évaluation externe de redevabilité d’un Programme de développement quinquennal (2017-21) financé par la coopération belge (DGD).

    1. Le commanditaire

La Croix-Rouge de Belgique fait partie du mouvement Comité International et Fédération Internationale de la Croix-Rouge. A ce titre elle soutient notamment le Croix-Rouge malienne en matière d’actions humanitaires et de développement, visant à améliorer la condition des plus vulnérables, c’est-à-dire ceux qui sont les plus exposés à des situations qui menacent leur survie ou leur aptitude à vivre avec un minimum de sécurité sociale et économique et de dignité humaine. Le présent programme vise à contribuer à cette mission de base.

Les actions de la Croix-Rouge sont en toutes circonstances guidées par les sept Principes fondamentaux : humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.

La Croix-Rouge de Belgique apporte son soutien financier (coopération belge), assure un monitoring des réalisations et rends compte des résultats au bailleur de fonds.

    1. Présentation de l'action à évaluer

Le projet a pour but d’améliorer la résilience des communautés face à l'insécurité alimentaire et aux effets du changement climatique dans 18 villages des cercles de Koulikoro et Tominian.

Pour y parvenir, et sur la base d'une théorie du changement, le projet s'articule autour de quatres résultats à long terme :

  1. Une augmentation de la production alimentaire (agricole, maraichère et animalière), accompagné d’une diversification du régime alimentaire afin d’augmenter durablement la sécurité alimentaire des ménages vulnérables ciblés.
  2. Les capacités de préparation des autorités publiques, des organisations de la société civile et des communautés locales aux situations les plus urgentes sont accrues au sein des communes ciblées dans les cercles de Koulikoro et Tominian.
  3. Les communautés locales connaissent mieux les bonnes pratiques d’hygiène, de protection de l’environnement et de gestion de l’eau potable et d’assainissement et augmentent leur utilisation d’infrastructure d’assainissement de base dans les 18 villages ciblées de Koulikoro et Tominian.
  4. Dans les zones ciblées par le programme, le comité régional de Koulikoro ainsi que le comité local de Tominian est en capacité de mobiliser son réseau de volontaires afin de mener des actions de plaidoyer et de suivi pour améliorer la résilience et assurer la participation active de la communauté aux activités de la Croix-Rouge.

D’autre part, les organisations de la société civile (OSC) et les acteurs institutionnels (AI) financé par la coopération belge, doivent également se rassembler autour d'un cadre stratégique commun (CSC) par pays ou par thème. C’est notamment le cas au Mali. Les CSC servent de cadre global pour le développement de synergies entre les organisations. Les CSC sont censées également contribuer à l'apprentissage collectif et à une participation accrue des partenaires locaux. 

  1. L’évaluation
    1.  Justification de l'évaluation et attentes

L’objectif de l’évaluation consiste à analyser les réalisations du programme mis en œuvre depuis le début 2017. Il s’agit d’analyser le programme quinquennal selon les critères standards d’évaluation (pertinence, cohérence, efficacité, efficience, durabilité et impact).

Cela consiste donc à identifier les principaux succès et défis, les principales leçons apprises, les bonnes pratiques, ainsi que les conclusions et recommandations suite aux 5 années de mise en œuvre.

    1. Critères et questions à formuler

L’évaluation abordera l’analyse du projet selon les critères standards d’évaluation (pertinence, complémentarité/cohérence, efficacité, efficience, durabilité, impact). Par ailleurs, elle s’étendra de manière plus détaillée sur les questions suivantes :

  1. Pertinence : 

- Est-ce que les actions concrètes mises en œuvre dans le cadre de ce projet au profit des communautés sont pertinentes au regard de leurs besoins identifiés ?

- Le projet s’insère-t-il dans les politiques nationales et priorités stratégiques du pays ?

- Le projet s’insère-t-il dans le contexte institutionnel et s’appuie-t-il sur les structures officielles afin de renforcer l’existant ?

  1. Complémentarité/cohérence :

- Quelle a été la valeur ajoutée de la collaboration avec les services techniques décentralisés de l’Etat au niveau national et local (Koulikoro et Tominian) ? Quelles en sont les limites ?

- Les autres acteurs de développement intervenant dans la zone ont-ils été pris en compte et des synergies ont-elles été initiées et valorisées en suffisance ?

- Le projet est-il en cohérence avec la stratégie de la CRM ?

  1. Efficacité :

- Quel a été le degré d’atteinte de l’objectif spécifique (outcome), tel que prévu à la fin de l’année 2021 ?

- Dans quelle mesure les aspects liés au genre ont-ils été pris en compte dans le projet ?

- Dans quelle mesure le respect et la protection de l’environnement ont-ils été pris en compte ? 

- Quels éléments ont été un frein ou un levier à l’atteinte des résultats et indicateurs du cadre logique ?

- Dans quelle mesure les activités et la mobilisation communautaire insufflée dans le cadre de ce projet a contribué à l’atteinte des résultats du projet ?

- Est-ce que la structure du projet, l’implication des branches (et de leurs volontaires) et leur rôle dans ce projet a permis une mise en œuvre efficace du projet (apport de la CRM) ?

- Quel a été l’apport du projet en termes de renforcement de capacités de la CRM ?

- Quel a été la capacité de la CRM a faire face aux imprévus (COVID-19, etc..) ?

- Quels sont les bonnes pratiques identifiées et comment sont-elles diffusées au sein de la CRM ?

  1. Efficience :

- Dans quelle mesure les moyens mis à disposition ont-ils été adéquatement utilisés pour atteindre les résultats ?

- L’implication des volontaires a-t-elle contribué à une allocation plus efficiente des ressources ?

- L’adéquation entre moyens disponibles et résultats attendus était-elle appropriée ?

  1. Impact (à long terme) :

- Appréciation de l’impact du projet sur l'amélioration durable de la sécurité alimentaire et de la diversification de la consommation au bout de 5 ans ?

- Appréciation de l’impact du projet sur le développement institutionnel de la CRM (niveau central, régional et local) ?

- Quels sont les effets durables positifs ou négatifs, direct/indirects, souhaités ou imprévus, a tous les niveaux (individuel, communautaire, système de santé) induits par le projet ?

  1. Durabilité :

- Dans quelle mesure les branches et leurs volontaires impliqués dans le projet, contribuent-elles d’une part à la durabilité des effets du projet ?

- Dans quelle mesure la stratégie de sortie du projet va-t-elle permettre de pérenniser les acquis du projet ?

- Dans quelle mesure la mobilisation communautaire insufflée dans le cadre de ce projet va perdurer après le retrait du projet ?

- Quel sont les rôles des services de l’Etat en lien avec la durabilité des actions entreprises ?

- Quels sont les principaux éléments pouvant mettre à mal les résultats obtenus ?

-Dans quelle mesure ce projet a-t-il contribué à la construction de la résilience des communautés, (en référence aux piliers de la FICR) ?

  1. Contribution au CSC : les complémentarités et synergies réalisées et bénéfices tirés, degré d’implication dans approches et cibles CSC, valeurs ajoutées…
Envoyer votre offre avant le 24/10/2021
Modalité de dépot des offres : Via email
Final Evaluation UpScale & FES Projects Cambodia
Eclosio | Type de marché : Services Mots clés du marché : Évaluation

The final evaluation of two projects, UpScale project implemented by Eclosio and FES project implemented by Louvain-Coopération in Cambodia. The two University NGOs are together launching the final evaluation of their respective projects parts of the Uni4Coop 5-year program. The evaluation will be commonly implemented in order to retrieve essential lessons learn to support their common future program in Cambodia. Deadline for application is October 25, 2021. 

EVALUATION FINALE PROGRAMME COMMUN DE CARITAS INTERNATIONAL ET COMMISSION JUSTICE ET PAIX
Commission Justice et Paix & Caritas International Belgique | Type de marché : Services Pays d'exécution :Belgium Mots clés du marché : Consultance

APPEL D’OFFRES
EVALUATION FINALE PROGRAMME COMMUN DE CARITAS INTERNATIONAL ET COMMISSION JUSTICE ET PAIX
Empowerment dans un Monde en Mouvement (EMMo)

Le programme EMMo s’étend sur cinq ans, du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2021. Il comprend deux volets (voir annexe 2 pour quelques détails sur les différentes actions).

Dans les pays partenaires, il consiste en six actions qui visent l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle en se focalisant sur ses quatre dimensions (disponibilité, accessibilité, stabilité et utilisation). Bien qu’on retrouve des activités concernant chacune des dimensions dans les six pays, les accents varient d’un pays à l’autre selon la manière spécifique dont l’insécurité alimentaire se manifeste en fonction des contextes. Les groupes cibles sont les petits exploitants agricoles, les femmes, les jeunes désoeuvrés et les sans-terres.

En Belgique, le programme cherche à contribuer à une société durable, inclusive et responsable au travers de la sensibilisation, la conscientisation, l’éducation et l’accompagnement dans l’action des publics cibles. Le programme s’adresse plus spécifiquement aux médias, aux acteurs de l’ECMS et de l’ED, aux acteurs du monde scolaire et aux décideurs politiques belges et européens. La sensibilisation, conscientisation et mise en action concernent d’abord les enjeux de migration et développement, de consommation et exploitation des ressources naturelles, de démocratie et vivre-ensemble, ainsi que leurs interconnexions.

 

 

Modalité de dépot des offres : Via email
Appel d'offre : Evaluation externe de fin de programme quinquennal en RDC
Croix-Rouge de Belgique | Type de marché : Services Pays d'exécution :Belgium Mots clés du marché : Évaluation

 

Présentation du commanditaire et de l’action à évaluer

Le présent appel d’offre concerne une évaluation externe de redevabilité envers notre bailleur, concernant un Programme de développement quinquennal (2017-21) dénommé « Renforcement de la Résilience Communautaire face aux risques sanitaires et aux catastrophes dans les provinces du Kongo Central et du Kwango en République Démocratique du Congo », financé par la coopération belge (DGD).

    1. Le commanditaire

La Croix-Rouge de Belgique fait partie du mouvement Comité International et Fédération Internationale de la Croix-Rouge Croissant-Rouge. A ce titre elle soutient notamment le Croix-Rouge de la RDC en matière d’actions humanitaires et de développement, visant à améliorer la condition des plus vulnérables, c’est-à-dire ceux qui sont les plus exposés à des situations qui menacent leur survie ou leur aptitude à vivre avec un minimum de sécurité sociale et économique et de dignité humaine. Le présent programme vise à contribuer à cette mission de base.

Les actions de la Croix-Rouge sont en toutes circonstances guidées par les sept Principes fondamentaux : humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.

Le programme étant en gestion déléguée, la Croix-Rouge de la RDC en est le maître d’œuvre et assure donc la gestion opérationnelle et financière (du budget opérationnel) au quotidien. La Croix-Rouge de Belgique apporte un soutien financier, méthodologique et technique à la Croix-Rouge de la RDC dans la mise en œuvre du programme, assure un monitoring des réalisations et rends compte des résultats au bailleur de fonds. Les deux sociétés nationales ont une responsabilité collégiale dans la mise en œuvre dudit programme. Un accord spécifique précisant les modalités de gestion et les responsabilités de chaque partie a été signé en début du programme.

    1. Présentation de l'action à évaluer

Le programme a pour but d’améliorer la préparation et réponse aux catastrophes naturelles et risques sanitaires, les pratiques d’hygiène-assainissement et l’accès durable des communautés ciblées particulièrement des femmes et des enfants à la santé en tant qu’aspects fondamentaux de renforcement de la résilience des communautés dans les aires de santé de la Barrière (Zone de santé de Kenge, province du Kwango) et de Viaza (zone de santé de Kimpese, province du Kongo central).

Pour y parvenir, et sur la base d'une théorie du changement, le projet s'articule autour de quatre résultats :

  1. La vulnérabilité des communautés des villages/quartier ciblés dans les deux provinces face aux risques de catastrophe naturelle est réduite ;
  2. L'accès des communautés, en particulier des femmes, aux services de santé promotionnel, préventive et curative est renforcé ;
  3. L'accès à l'eau potable et à l'assainissement des populations est amélioré dans les aires de santé de Viaza et de la Barrière dans les deux provinces ciblées ;
  4. Les capacités des cadres et volontaires du siège et des secrétariats/comités territoriaux et locaux des provinces ciblées sont renforcées en vue de pérenniser les actions du programme.

D’autre part, les organisations de la société civile (OSC) et les acteurs institutionnels (AI) financés par la coopération belge, doivent également se rassembler autour d'un cadre stratégique commun (CSC) par pays ou par thème. C’est notamment le cas en RDC. Les CSC servent de cadre global pour le développement de synergies entre les organisations et contribue également à l'apprentissage collectif ainsi qu’à la participation accrue des partenaires locaux. 

L’évaluation

Justification de l'évaluation et attentes

L’objectif de l’évaluation consiste à analyser les réalisations du programme mis en œuvre de 2017 à 2021. Il s’agit d’analyser le programme quinquennal selon les critères standards d’évaluation (pertinence, cohérence, efficacité, efficience, durabilité et impact).

Cela consiste donc à identifier les principaux succès et défis, les principales leçons apprises, les bonnes pratiques, ainsi que les conclusions et recommandations aux termes de 5 années de mise en œuvre du programme.

Critères et questions à formuler [1]

  1. Pertinence et cohérence :  le degré avec lequel l’intervention était en ligne avec les priorités du public-cible, de l’organisation partenaire : alignement avec politiques, bienfondé des interventions au regard des enjeux communautaires, évolutions liées à la crise COVID-19, cohérence avec acteurs locaux et initiatives, capacité du partenaire à contribuer à la coordination entre acteurs, qualité de la collaboration CR-RDC/CRB…
  2. Efficience :  le degré dans lequel les ressources de l’intervention (fonds, expertise, temps, etc.) ont été converties en outputs de façon économe et dans les délais : rapport qualité/ressources, capacité et processus de gestion des ressources, respect des délais,…
  3. Efficacité :  le degré dans lequel l’objectif spécifique (outcome) est atteint, tel que prévu à la fin de l’année 2021 : indicateurs du cadre logique, capacité du partenaire et autres acteurs, choix des méthodologies et approches pour le changement de comportement, niveau de résilience des communautés et dynamique communautaire, gestion des risques, efficacité de la réactivité et de l’appui dans le cadre de la crise COVID-19 (et conséquences sur outcome), bonnes pratiques (diffusion),…
  4. Impact :  les effets à long terme : les changements induits, les communautés cibles et bénéficiaires touchés, équité genre, impacts environnementaux, …
  5. Durabilité :  le degré de probabilité de préserver et reproduire les bénéfices d’une intervention sur le long terme (durabilité financière, social, technique, institutionnelle et environnementale) : méthodologie appliquée, stratégie de sortie et capacité du partenaire à poursuivre sa mission et son rôle d’auxiliaire après 2021, des bénéficiaires à poursuivre les investissements, à maintenir les acquis, à améliorer la situation sanitaire, …
  6. Contribution au Cadre Stratégique Commun (CSC) : les complémentarités et synergies réalisées et bénéfices tirés, degré d’implication dans approches et cibles CSC, valeurs ajoutées…

 

[1] https://www.eval.fr/quest-ce-que-levaluation/les-criteres-devaluation/

 

 

Envoyer votre offre avant le 24/10/2021
Modalité de dépot des offres : Via email
TDR conjoint Evaluations Finales Sénégal, Mali et Burkina Faso
SOS Faim | Type de marché : Services Pays d'exécution :Belgium Mots clés du marché : Évaluation

OBJECTIFS DE L'EVALUATION

Cette évaluation s’inscrit dans le cadre du programme quinquennal 2017-2021, financé par la Direction-Générale Coopération au Développement et Aide humanitaire (DGD) et mis en œuvre par un consortium de 3 ONG belges, SOS Faim, Iles de Paix et Autre Terre, qui travaillent autour d’une même mission générale : la promotion de l'agriculture familiale et du modèle de l'économie sociale en vue de l’émergence d’un monde plus juste et plus solidaire, orienté vers un développement durable.

La présente évaluation sera une évaluation commune entre les 3 pays d'Afrique de l’Ouest ou SOS Faim est actif. L’évaluation conjointe consistera en 3 évaluations individuelles (une par pays) ainsi qu’une partie commune dédiée aux synergies entre ces 3 pays et leur plus-value.

Cette évaluation doit répondre aux exigences d’apprentissage et de redevabilité vis-à-vis du bailleur financier qu’est la DGD. Elle doit permettre d’apprécier l’atteinte des résultats et d’en tirer les apprentissages pour les interventions futures des organisations concernées.

L’objectif de cette évaluation consiste en particulier à apprécier sur base des critères du CAD tous les résultats de nos 3 programmes de l’Afrique de l’Ouest individuellement, qu'ils aient été atteints ou non. Un chapitre supplémentaire comparera les programmes-pays entre eux et mettra en évidence nos points communs, nous renseignera sur la plus-value de notre collaboration ouest africaine ainsi que comment nous pourrions l’améliorer. Les questions spécifiques révèlent un intérêt pour approfondir certains sujets et/ou le travail avec certains partenaires au cours de l’évaluation. Ainsi, sur le plan thématique, nous souhaitons approfondir la question de la commercialisation des organisations paysannes (OP) (Résultat 2), particulièrement au Burkina Faso et au Mali. Au Sénégal, nous souhaitons approfondir le renforcement de capacités (Résultat 5).

L’évaluation se focalisera sur les critères CAD/OCDE de pertinence, impact, efficacité, efficience et durabilité ainsi que sur les dimensions transversales genre et environnement.

Il s’agit donc :

  • Pour chacun des résultats du programme (y compris pour l’objectif spécifique) de :
    • Apprécier l’atteinte du résultat sur les plans qualitatif et quantitatif ;
    • Qualifier la pertinence, l’impact, l’efficacité, l’efficience et la durabilité des changements observés sur le terrain ;
  • Pour le programme dans son ensemble de :
    • Apprécier la prise en compte de la dimension transversale genre ;
    • Apprécier la prise en compte de la dimension transversale environnement ;
  • Pour certains aspects particuliers du programme :
    • Répondre aux questions d’évaluation spécifiques proposées.
  • Pour la partie commune AFO :
    • Comparer les 3 programmes-pays entre eux et expliquer les différences

Les conclusions de la présente évaluation finale feront l’objet d’une consolidation avec les évaluations finales menées dans les mêmes pays par les autres ONG SIA qui y sont actives. Pour faciliter cette consolidation, il est donc essentiel que l’évaluateur.trice suive de façon stricte la structure d’évaluation mentionnée ci-avant. 

Envoyer votre offre avant le 18/10/2021
Modalité de dépot des offres : Via email
Appel d'offre : Evaluation externe de fin de programme quinquennal au Bénin
Croix-Rouge de Belgique | Type de marché : Services Pays d'exécution :Belgium Mots clés du marché : Évaluation

  1. Présentation des commanditaires et de l’action à évaluer

Le présent appel d’offre concerne une évaluation externe de redevabilité d’un Programme de développement quinquennal (2017-21) financé par la coopération belge (DGD).

    1. Le commanditaire

La Croix-Rouge de Belgique fait partie du mouvement Comité International et Fédération Internationale de la Croix-Rouge. A ce titre elle soutient notamment le Croix-Rouge du Bénin en matière d’actions humanitaires et de développement, visant à améliorer la condition des plus vulnérables, c’est-à-dire ceux qui sont les plus exposés à des situations qui menacent leur survie ou leur aptitude à vivre avec un minimum de sécurité sociale et économique et de dignité humaine. Le présent programme vise à contribuer à cette mission de base.

Les actions de la Croix-Rouge sont en toutes circonstances guidées par les sept Principes fondamentaux : humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.

La Croix-Rouge de Belgique apporte son soutien financier (coopération belge), assure un monitoring des réalisations et rends compte des résultats au bailleur de fonds.

La Croix-Rouge Néerlandaise apporte un soutien financier méthodologique et technique à la Croix-Rouge du Bénin, et plus spécifiquement dans la mise en œuvre du programme DGD en question. La CR du Bénin et CRNL ont une responsabilité conjointe dans la mise en œuvre du dit programme.

    1. Présentation de l'action à évaluer

Le projet a pour but d’améliorer la préparation aux catastrophes, les pratiques d’hygiène et l’accès durable des communautés ciblées aux infrastructures d’assainissement de base, en tant qu’aspects fondamentaux de renforcement de la résilience des communautés dans les zones lacustres des Aguégués, de Dangbo et de Cotonou

Pour y parvenir, et sur la base d'une théorie du changement, le projet s'articule autour de trois résultats à long terme :

  1. Les capacités de préparation des autorités publiques, des organisations de la société civile et des communautés locales aux situations les plus urgentes sont accrues dans les communes des Aguégués, de Dangbo et de Cotonou
  2. Les communautés locales connaissent mieux les bonnes pratiques d’hygiène, de protection de l’environnement et de gestion de l’eau potable et d’assainissement et augmentent leur utilisation d’infrastructure d’assainissement de base dans 14 villages lacustres de la commune des Aguégués et 5 villages lacustres de la commune de Dangbo et 1 quartier de la commune de Cotonou
  3. Dans les zones ciblées par le programme, les Comités Locaux de la Croix-Rouge Béninoise ont une capacité organisationnelle et opérationnelle suffisante pour répondre durablementet de façon transparente aux besoins des populations vulnérables en matière de prévention des risques de catastrophes et d'épidémies

D’autre part, les organisations de la société civile (OSC) et les acteurs institutionnels (AI) financé par la coopération belge, doivent également se rassembler autour d'un cadre stratégique commun (CSC) par pays ou par thème. C’est notamment le cas au Bénin. Les CSC servent de cadre global pour le développement de synergies entre les organisations. Les CSC sont censés également contribuer à l'apprentissage collectif et à une participation accrue des partenaires locaux. 

 

  1. L’évaluation
    1.  Justification de l'évaluation et attentes

L’objectif de l’évaluation consiste à analyser les réalisations du programme mis en œuvre depuis le début 2017. Il s’agit d’analyser le programme quinquennal selon les critères standards d’évaluation (pertinence, cohérence, efficacité, efficience, durabilité et impact).

Cela consiste donc à identifier les principaux succès et défis, les principales leçons apprises, les bonnes pratiques, ainsi que les conclusions et recommandations suite aux 5 années de mise en œuvre.

    1. Critères et questions à formuler
  1. Efficience :  le degré dans lequel les ressources de l’intervention (fonds, expertise, temps, etc.) ont été converties en outputs de façon économe et dans les délais : rapport qualité/ressources, capacité et processus de gestion des ressources, respect des délais,…

 

  1. Efficacité :  le degré dans lequel l’objectif spécifique (outcome) est atteint, tel que prévu à la fin de l’année 2021 : indicateurs du cadre logique, capacité du partenaire et autres acteurs, choix des méthodologie et approches pour le changement de comportement, niveau de résilience des communautés et dynamique communautaire, gestion des risques, efficacité de la réactivité et de l’appui dans le cadre de la crise COVID-19 (et conséquences sur outcome), bonnes pratiques (diffusion),…

 

  1. Impact :  les effets à long terme : les changements induits, les communautés cibles et bénéficiaires touchés, équité genre, impacts environnementaux, …

 

  1. Pertinence et cohérence :  le degré avec lequel l’intervention était en ligne avec les priorités du public-cible, de l’organisation partenaire : alignement avec politiques, bienfondé des interventions au regard des enjeux communautaires, évolutions liées à la crise COVID-19, cohérence avec acteurs locaux et initiatives, capacité du partenaire à contribuer à la coordination entre acteurs, qualité de la collaboration CRBé/CRNL/CRB…

 

  1. Durabilité :  le degré de probabilité de préserver et reproduire les bénéfices d’une intervention sur le long terme (durabilité financière, social, technique, institutionnelle et environnementale) : méthodologie appliquée, stratégie de sortie et capacité du partenaire à poursuivre sa mission et son rôle d’auxiliaire après 2021, des bénéficiaires à poursuivre les investissements, à maintenir les acquis, à améliorer la situation sanitaire, …

 

  1. Contribution au Cadre Stratégique Commun (CSC): les complémentarités et synergies réalisées et bénéfices tirés, degré d’implication dans approches et cibles CSC, valeurs ajoutées…
Envoyer votre offre avant le 17/10/2021
Modalité de dépot des offres : Via email
Termes de référence - Formation Genre et mobilisation
ACODEV | Type de marché : Services Pays d'exécution :Belgium Mots clés du marché : Formation

ACODEV est la fédération francophone des ONG de coopération au développement. Elle compte parmi ses membres plus de 2/3 d’OSC actives dans le champ de l’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire (ECMS). ACODEV est à la recherche d'une consultance/appui externe pour réaliser :

  • Une formation Genre et mobilisation, dans le cadre du renforcement de capacités des membres d’ACODEV. La formation portera plus spécifiquement sur comment l’intégration du genre peut être faite dans les actions de mobilisation, soit intégration spécifique du genre comme « contenu » des démarches de mobilisation (l’ECMS lutte contre toutes les formes de discrimination dont celle en matière d’inégalités de genre) et intégration transversale du genre (quel que soit le « sujet » de la démarche de mobilisation ; qu’une OSC soit spécialisée sur les questions de genre ou non).

  • La formation sera suivie d’un atelier d’échanges, où d’autres organisations (du secteur ECMS et d’autres secteurs) partageront la manière dont l’intégration du genre est faite dans leurs démarches de mobilisation.

Envoyer votre offre avant le 08/10/2021
Modalité de dépot des offres : Via email
EurAc recherche un·e consultant·e pour contribuer à l'analyse de sa stratégie européenne de plaidoyer et de ses cibles.
EurAC - réseau européen pour l'Afrique centrale | Type de marché : Services Pays d'exécution :Belgium Mots clés du marché : Consultance

Créé en 2003, le Réseau européen pour l'Afrique centrale (EurAc) est le réseau de plaidoyer des ONG européennes travaillant en et sur l'Afrique centrale. EurAc a pour objectif d'atteindre la paix, la sécurité, la justice et la démocratie pour un développement durable en Afrique centrale, et plus particulièrement au Burundi, en République démocratique du Congo (RDC) et au Rwanda. Le réseau regroupe 34 organisations européennes de 10 pays européens différents (États membres de l'Union européenne - Allemagne, Belgique, France, Irlande, Italie, Pays-Bas, Espagne, Suède - ainsi que Norvège et Suisse).
 
En 2019, après presque 20 ans d'existence, EurAc a lancé un processus de réflexion interne avec ses membres afin de remodeler la dynamique interne du réseau et d'améliorer l'efficacité de ses stratégies de plaidoyer auprès de l'Union européenne et de ses États membres. Cette réflexion a été accompagnée par un consultant externe qui a guidé la réflexion du réseau et de ses membres tout au long de l'année 2020. L'exercice a permis de réévaluer le fonctionnement et les structures de gouvernance du réseau. En parallèle, le précédent plan stratégique (2018-2020) a fait l'objet d'une évaluation externe. Le rapport final de cette évaluation a suggéré une série de recommandations sur la manière dont EurAc pourrait améliorer l'impact de son plaidoyer en adaptant sa stratégie de plaidoyer au contexte politique actuel de la région des Grands Lacs, et en plaçant ses membres au cœur de ses stratégies de plaidoyer envers l'UE et ses États membres.
 
EurAc est actuellement en train de finaliser la conception de sa nouvelle stratégie globale pour la période 2021 - 2024 et recherche un consultant pour renforcer le volet plaidoyer de celle-ci.
Envoyer votre offre avant le 30/09/2021
Modalité de dépot des offres : Via email

Pages