You are here

Appel d'offre : Evaluation externe de fin de programme quinquennal en RDC

  1. Créé par Sophie VAN DE PUTTE
  2. Le 29/09/2021
  3. 18192021Dans Services Évaluation Via email Congo, République Démocratique du

Détails de l'annonce

Organisation : Croix-Rouge de Belgique
Montant estimé du marché : 20000 euros
Marché public : oui
Date de publication : 29/09/2021
Date limite de soumission : 24/10/2021
Personne de contact : Bruno Bernier

Résumé du marché

 

Présentation du commanditaire et de l’action à évaluer

Le présent appel d’offre concerne une évaluation externe de redevabilité envers notre bailleur, concernant un Programme de développement quinquennal (2017-21) dénommé « Renforcement de la Résilience Communautaire face aux risques sanitaires et aux catastrophes dans les provinces du Kongo Central et du Kwango en République Démocratique du Congo », financé par la coopération belge (DGD).

    1. Le commanditaire

La Croix-Rouge de Belgique fait partie du mouvement Comité International et Fédération Internationale de la Croix-Rouge Croissant-Rouge. A ce titre elle soutient notamment le Croix-Rouge de la RDC en matière d’actions humanitaires et de développement, visant à améliorer la condition des plus vulnérables, c’est-à-dire ceux qui sont les plus exposés à des situations qui menacent leur survie ou leur aptitude à vivre avec un minimum de sécurité sociale et économique et de dignité humaine. Le présent programme vise à contribuer à cette mission de base.

Les actions de la Croix-Rouge sont en toutes circonstances guidées par les sept Principes fondamentaux : humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.

Le programme étant en gestion déléguée, la Croix-Rouge de la RDC en est le maître d’œuvre et assure donc la gestion opérationnelle et financière (du budget opérationnel) au quotidien. La Croix-Rouge de Belgique apporte un soutien financier, méthodologique et technique à la Croix-Rouge de la RDC dans la mise en œuvre du programme, assure un monitoring des réalisations et rends compte des résultats au bailleur de fonds. Les deux sociétés nationales ont une responsabilité collégiale dans la mise en œuvre dudit programme. Un accord spécifique précisant les modalités de gestion et les responsabilités de chaque partie a été signé en début du programme.

    1. Présentation de l'action à évaluer

Le programme a pour but d’améliorer la préparation et réponse aux catastrophes naturelles et risques sanitaires, les pratiques d’hygiène-assainissement et l’accès durable des communautés ciblées particulièrement des femmes et des enfants à la santé en tant qu’aspects fondamentaux de renforcement de la résilience des communautés dans les aires de santé de la Barrière (Zone de santé de Kenge, province du Kwango) et de Viaza (zone de santé de Kimpese, province du Kongo central).

Pour y parvenir, et sur la base d'une théorie du changement, le projet s'articule autour de quatre résultats :

  1. La vulnérabilité des communautés des villages/quartier ciblés dans les deux provinces face aux risques de catastrophe naturelle est réduite ;
  2. L'accès des communautés, en particulier des femmes, aux services de santé promotionnel, préventive et curative est renforcé ;
  3. L'accès à l'eau potable et à l'assainissement des populations est amélioré dans les aires de santé de Viaza et de la Barrière dans les deux provinces ciblées ;
  4. Les capacités des cadres et volontaires du siège et des secrétariats/comités territoriaux et locaux des provinces ciblées sont renforcées en vue de pérenniser les actions du programme.

D’autre part, les organisations de la société civile (OSC) et les acteurs institutionnels (AI) financés par la coopération belge, doivent également se rassembler autour d'un cadre stratégique commun (CSC) par pays ou par thème. C’est notamment le cas en RDC. Les CSC servent de cadre global pour le développement de synergies entre les organisations et contribue également à l'apprentissage collectif ainsi qu’à la participation accrue des partenaires locaux. 

L’évaluation

Justification de l'évaluation et attentes

L’objectif de l’évaluation consiste à analyser les réalisations du programme mis en œuvre de 2017 à 2021. Il s’agit d’analyser le programme quinquennal selon les critères standards d’évaluation (pertinence, cohérence, efficacité, efficience, durabilité et impact).

Cela consiste donc à identifier les principaux succès et défis, les principales leçons apprises, les bonnes pratiques, ainsi que les conclusions et recommandations aux termes de 5 années de mise en œuvre du programme.

Critères et questions à formuler [1]

  1. Pertinence et cohérence :  le degré avec lequel l’intervention était en ligne avec les priorités du public-cible, de l’organisation partenaire : alignement avec politiques, bienfondé des interventions au regard des enjeux communautaires, évolutions liées à la crise COVID-19, cohérence avec acteurs locaux et initiatives, capacité du partenaire à contribuer à la coordination entre acteurs, qualité de la collaboration CR-RDC/CRB…
  2. Efficience :  le degré dans lequel les ressources de l’intervention (fonds, expertise, temps, etc.) ont été converties en outputs de façon économe et dans les délais : rapport qualité/ressources, capacité et processus de gestion des ressources, respect des délais,…
  3. Efficacité :  le degré dans lequel l’objectif spécifique (outcome) est atteint, tel que prévu à la fin de l’année 2021 : indicateurs du cadre logique, capacité du partenaire et autres acteurs, choix des méthodologies et approches pour le changement de comportement, niveau de résilience des communautés et dynamique communautaire, gestion des risques, efficacité de la réactivité et de l’appui dans le cadre de la crise COVID-19 (et conséquences sur outcome), bonnes pratiques (diffusion),…
  4. Impact :  les effets à long terme : les changements induits, les communautés cibles et bénéficiaires touchés, équité genre, impacts environnementaux, …
  5. Durabilité :  le degré de probabilité de préserver et reproduire les bénéfices d’une intervention sur le long terme (durabilité financière, social, technique, institutionnelle et environnementale) : méthodologie appliquée, stratégie de sortie et capacité du partenaire à poursuivre sa mission et son rôle d’auxiliaire après 2021, des bénéficiaires à poursuivre les investissements, à maintenir les acquis, à améliorer la situation sanitaire, …
  6. Contribution au Cadre Stratégique Commun (CSC) : les complémentarités et synergies réalisées et bénéfices tirés, degré d’implication dans approches et cibles CSC, valeurs ajoutées…

Résumé des attentes des prestataires

Exigence

  1. Profil des évaluateurs

Les compétences attendues de l’équipe d’évaluation (au moins 2 personnes, pour garantir un croisement des informations recueillies et un partage d’opinion avec minimum une personne ressortissante du pays visité) :

  1. Entre 10 et 20 ans d’expérience dans la conduite et/ou d’évaluation de programme avec différents types de méthodes de recherche, d’évaluation quantitative et qualitative en lien avec les thématiques liées à la Résilience tels que le développement communautaire, la nutrition, la santé primaire, l‘eau et assainissement, la sécurité alimentaire, ainsi qu‘une expérience des approches en cours dans le secteur de l ’aide internationale concernant la Protection, Genre et Inclusion, Engagement communautaire et Redevabilité envers les communautés, particulièrement en Afrique Sub-Saharienne.
  2. Une connaissance et expérience des politiques et du système administratif en RDC est souhaitable.
  3. Excellente maîtrise du français parlé et écrit et de la langue locale.
  4. La connaissance du Mouvement International de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge est un atout supplémentaire.
  5. Un équilibre des genres dans la composition de l'équipe est un prérequis nécessaire à l‘éligibilité des offres.

 

  1. Éthique et déontologie

Les évaluateurs devront prendre toutes les mesures raisonnables pour garantir que l’évaluation est conçue et menée de manière à respecter et à préserver les droits et le bien-être des personnes et des communautés auxquelles elles appartiennent ; qu’elle est techniquement exacte, fiable et légitime ; qu’elle est réalisée de façon transparente et impartiale et qu’elle contribue à promouvoir l’apprentissage institutionnel et la responsabilisation.

Par conséquent, l’équipe d’évaluation devra respecter les normes d’évaluation et les pratiques applicables énoncées dans le Cadre d’évaluation pour la Fédération internationale joint au présent cahier des charges.

Les normes de la Fédération internationale en matière d’évaluation sont les suivantes :

  1. Utilité : les évaluations doivent être utiles et utilisées.
  2. Faisabilité : les évaluations doivent être réalistes, diplomatiques et gérées de façon rentable et sensée.
  3. Éthique et licéité : les évaluations doivent être réalisées dans le respect de l’éthique et des lois, en veillant tout particulièrement au bien-être des personnes qui y participent ou qui en subissent les effets.
  4. Impartialité et indépendance : les évaluations devraient être impartiales et donner une appréciation détaillée et objective qui tient compte du point de vue de toutes les parties prenantes.
  5. Transparence : les évaluations devraient être menées de façon ouverte et transparente.
  6. Précision : les évaluations devraient être techniquement exactes et fournir suffisamment d’informations sur les méthodes de collecte, d’analyse et d’interprétation des données pour en démontrer la validité ou le bien-fondé.
  7. Participation : les parties prenantes devraient être consultées et véritablement associées au processus d’évaluation si cela est possible et justifié.
  8. Collaboration : la collaboration entre les principaux partenaires opérationnels dans le processus d’évaluation contribue à renforcer la légitimité et l’utilité de l’évaluation.
  9. Il est également attendu que l’évaluation soit menée dans le respect des sept Principes fondamentaux de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, à savoir : 1) l’humanité, 2) l’impartialité, 3) la neutralité, 4) l’indépendance, 5) le volontariat, 6) l’unité, et 7) l’universalité. De plus amples informations sur ces Principes sont disponibles à l’adresse : www.ifrc.org/what/values/principles/index.asp . Les évaluateurs sont soumis durant leur mission terrain au code de conduite de la Croix-Rouge de Belgique.  
  10. Équipe d’évaluation et qualifications : résumer la composition de l’équipe d’évaluation et les qualifications techniques requises pour en être membre.
  11. Procédures de soumission des candidatures : décrire clairement les procédures à suivre pour présenter une candidature, les documents à fournir et les délais à respecter.

 

Envoi et traitement de l'offre

  1. Contenu de l'offre

Document 1 : Offre technique

1. Présentation de votre société :

1.1 - Bref historique et descriptif des activités de votre société

1.2 - Nombre d’employés

1.3 - Chiffre d’affaires et résultats des 3 derniers exercices

1.4 – Évaluations déjà réalisées en lien avec l'objet de la présente évaluation

1.5 – Connaissance du Mouvement Croix-Rouge

2. Description détaillée de votre offre

2.1 Compréhension des attentes concernant cette évaluation

2.2 Description détaillée du contenu des étapes proposées (diagnostic, analyses, scenarii, plan d’action, reporting…)

2.4 Moyens mis en œuvre, approche et outils préconisés

2.4 Points forts et valeur ajoutée de votre offre pour effectuer cette mission

2.5 Planning détaillé

3. Recommandations du Prestataire pour la bonne réalisation de la mission

4. Présentation de l’équipe qui interviendra sur la présente mission et répartition des responsabilités entre ses membres

5. Références sur le type de missions correspondant à la mission du présent appel d’offres y inclus le nom de l’organisation contractante et le nom et le numéro de téléphone d’une personne de contact de l’organisation contractante (la CRB se réserve le droit de contacter les organisations listées comme références)

Document 2 : CV des intervenants (3 pages maximum par intervenant)

Le futur contrat sera conclu en considération des noms et de la qualité des personnes intervenant au titre de la présente mission. Le titulaire du marché identifiera lors de la remise de sa proposition de service une équipe dédiée à l’exécution de la mission et précisera le nom et la qualité des personnes composant ladite équipe. Si ces personnes venaient à quitter la structure du titulaire du marché, le commanditaire se réservera le droit de mettre fin au contrat sans indemnités pour le titulaire.

Document 3 : Proposition financière détaillée

1.1 Engagement forfaitaire

1.2 Décomposition des coûts (taux par profil, nombre de jours proposés, transport, per diem…).

1.3 Échéancier de paiement

1.4 Une déclaration sur l’honneur dûment datée et signée pour justifier que l'entreprise candidate :

  • ne se trouve pas en état de faillite ou de liquidation, de cessation de ses activités ou de concordat judiciaire ;
  • est en règle à cette date avec ses obligations relatives au paiement des cotisations de sécurité sociale selon les dispositions légales du pays où elle est établie ;
  • n'a pas été condamnée par un jugement passé en force de chose jugée pour un délit ou une faute grave qui porte atteinte à son intégrité professionnelle ;
  • respecte les normes définies dans les conventions de base de l’Organisation Internationale du Travail (OIT).

 

Sélection du candidat 

Le contrat sera attribué au proposant qui présent le meilleur rapport qualité/prix, notamment en fonction des critères énoncés ci-dessous :

  • Offre technique : 40%
  • CV des évaluateurs : 40%
  • Offre financière : 20%

 

Envoi de l'offre

La réponse complète doit être envoyée par e-mail en versions standard Microsoft Office (Word / Excel) ou en pdf à evaluation.sai@croix-rouge.be avec l’intitulé du message suivant : ‘Evaluation externe Plan Action 17-21 – RDC’

La taille du message ne doit pas dépasser 5 Mo. Si cela devait être le cas, nous vous remercions de découper votre réponse en plusieurs e-mails.

Les propositions doivent être envoyées au plus tard le 24 octobre à 23:59 heures.